Cet article a été publié le: 7/04/21 11:41 GMT

Côte d’Ivoire-AIP/Inter/ La France ouvre au grand public des archives attestant de son implication dans le génocide rwandais

Abidjan, 07 avr 2021 (AIP)- La France a ouvert, mercredi 7 avril 2021 au grand public, d’importantes archives attestant de son implication dans le génocide rwandais, à l’occasion de la Journée internationale de réflexion sur le génocide des Tutsis au Rwanda en 1994.

Ces archives sont relatives à la situation au Rwanda entre 1990 et 1994, 27 ans jour pour jour après le début du génocide des Tutsis dans ce pays. Plus concrètement, il s’agit d’archives de l’ancien président François Mitterrand ainsi que celles de son Premier ministre de l’époque Edouard Balladur. Plusieurs de ces documents, notamment des télégrammes diplomatiques et notes confidentielles, figuraient dans le rapport accablant sur le rôle de la France au Rwanda entre 1990 et 1994, remis à l’Élysée le 29 mars par une commission d’historiens.

Le rapport Duclert, constitué de 1200 pages, revient sur l’engagement français durant ces quatre années décisives, au cours desquelles s’est mise en place la dérive génocidaire du régime hutu, pour aboutir à la tragédie de 1994, où quelque 800.000 personnes, majoritairement tutsi, ont été d’avril à juillet, exterminées dans des conditions abominables. La commission y a établi les responsabilités « accablantes » de la France dans le génocide des Tutsis au Rwanda.

Le Président rwandais, Paul Kagamé a salué le rapport Duclert, qu’il qualifie d’important pas en avant.

En outre, instaurée par Emmanuel Macron en 2019, la France commémore tous les 7 avril le génocide perpétré contre les Tutsis au Rwanda en 1994, qui fit un million de morts. En raison des contraintes sanitaires, les rassemblements sont limités. Sept villes françaises ont créé un lieu consacré à la mémoire de ce génocide. A savoir, Cluny, Dieulefit, Bègles, Châlette-sur-Loing, Toulouse, Paris et Strasbourg.

A Paris, une cérémonie de recueillement et de dépôt de gerbes de fleurs a eu lieu au Jardin de la Mémoire, dans le 13e arrondissement, en présence du ministre des affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, de la Mairie de Paris, de l’ambassade du Rwanda en France et de l’association Ibuka France.

Autre initiative attendue prochainement, pour le renforcement des relations entre la France et le Rwanda, le voyage d’Emmanuel Macron au Rwanda, au début du mois de mai. Le président français devrait faire un discours marquant la réconciliation entre les deux pays. Un discours qui devrait s’inspirer du rapport de la commission d’historiens sur le rôle de la France au Rwanda, rapportent des médias français.

(AIP)

eaa/cmas