Cet article a été publié le: 6/04/21 16:54 GMT

Côte d’Ivoire-AIP/Lancement de l’Année internationale pour l’élimination du travail des enfants en Afrique (Communiqué)

Abidjan, 06 avr 2021 (AIP)- L’Union africaine (UA) et l’Organisation internationale du travail (OIT), ont procédé au lancement de l’Année internationale pour l’élimination du travail des enfants, en Afrique, par un évènement virtuel, donnant l’opportunité aux parties prenantes de discuter des progrès et des lacunes restantes dans la lutte contre le travail des enfants sur le continent.

Dans un communiqué transmis à l’AIP, l’OIT indique que cet évènement, tenu mercredi 31 mars 2021, a marqué un appel des parties prenantes de la lutte contre le travail des enfants en Afrique à passer de l’engagement à l’action en vue de la réalisation de l’Agenda 2063 de l’Union africaine et parvenir à un avenir meilleur et plus durable pour tous.

L’adoption de la résolution 72/327 des Nations unies a décrété 2021 Année internationale pour l’élimination du travail des enfants. La communauté mondiale engagée dans la lutte contre le travail des enfants et le travail forcé, a décidé, cette année, de relever les défis posés par la COVID-19 et accélérer les progrès vers les cibles des objectifs de développement durable (ODD) en 2025 et 2030.

Alors que déjà un enfant africain sur cinq travaillait en 2016, l’impact de la pandémie de COVID-19 sur le continent devrait pousser davantage d’enfants à travailler. En effet, on estime qu’une augmentation d’un point de pourcentage de la pauvreté entraîne une augmentation d’au moins 0,7 point de pourcentage du travail des enfants.

« Nous devons protéger les droits des enfants et encourager leur retour à l’école. Le plan d’action décennal de l’UA doit être mis en œuvre à tous les niveaux pour favoriser le développement du continent et protéger les droits des enfants », a déclaré le directeur général de l’OIT, Guy Ryder.

Les panélistes ont reconnu la complexité du travail des enfants en Afrique et émis des solutions pour endiguer le problème, dont l’accès à une éducation de qualité pour tous, l’accès à la protection sociale, l’accès à un travail décent pour les adultes, l’extension de la couverture des services de base et la sensibilisation.

La directrice régionale de l’OIT pour l’Afrique, Cynthia Samuel-Olonjuwon, a par conséquent appelé les gouvernements, les partenaires sociaux et les autres organisations à allouer les budgets nécessaires à la mise en œuvre des principales priorités politiques identifiées.

« Je travaille depuis l’âge de 7 ans, je ne suis jamais allée à l’école et à l’âge de 13 ans, un mari a été choisi pour moi. Aujourd’hui, des enfants sans éducation signifient une société sans évolution. Le travail des enfants détruit les rêves, étouffe les talents et accroît la pauvreté », a déclaré Dibou Faye, partageant son expérience, lors de la cérémonie de lancement.

Dans le cadre de la campagne 2021, les dirigeants ont été invités à documenter leurs efforts et leurs progrès tout au long de l’année au moyen de vidéos, d’interviews, de blogs et de récits d’impact.

(AIP)

eaa/fmo