Cet article a été publié le: 7/04/21 11:12 GMT

Côte d’Ivoire-AIP/ L’OIT et l’UA lancent l’Année internationale pour l’élimination du travail des enfants (Communiqué)

Abidjan, 07 avr 2021 (AIP) – L’Union africaine (UA), en collaboration avec l’Organisation internationale du travail (OIT), a lancé l’Année internationale pour l’élimination du travail des enfants en Afrique.

Ce lancement, mercredi 30 mars 2021, a servi de cadre pour les parties prenantes africaines et multiples pour discuter des progrès et des lacunes restantes dans la lutte contre le travail des enfants sur le continent.

Les États membres des Nations unies ont renouvelé leur engagement avec l’adoption de la résolution 72/327 des Nations unies qui déclare 2021 Année internationale pour l’élimination du travail des enfants.

En 2021, la communauté mondiale qui lutte contre le travail des enfants et le travail forcé doit relever les défis posés par la COVID-19 et, accélérer les progrès vers les cibles des ODD en 2025 et 2030.

En Afrique, le lancement régional de l’Année internationale pour l’élimination du travail des enfants a été marqué un appel à passer de l’engagement à l’action en vue de la réalisation de l’Agenda 2063 de l’Union africaine et de la cible 8.7 des ODD.

Alors que déjà un enfant africain sur cinq travaillait en 2016, l’impact de la pandémie de COVID-19 sur le continent devrait pousser davantage d’enfants à travailler. En effet, on estime qu’une augmentation d’un point de pourcentage de la pauvreté entraîne une augmentation d’au moins 0,7 point de pourcentage du travail des enfants. La situation générale est très préoccupante pour les familles, les employeurs et les travailleurs en Afrique, souligne le communiqué.

L’événement a réuni les ministres chargés du travail et de la protection sociale en Afrique, des représentants des commissions économiques régionales, des organismes continentaux tels que les commissions de l’UA et le Parlement panafricain.

Outre, la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), cinq pays, dont la Côte d’Ivoire, le Maroc, l’Éthiopie, le Malawi, le Cameroun et le Rwanda, ont décrit un certain nombre d’interventions et de mécanismes institutionnels existants, de programmes et d’étapes clés, ainsi que des projets pilotes.

Les membres de la communauté des donateurs ont présenté de multiples interventions à travers l’Afrique ainsi que leurs projections et leurs promesses pour 2021 et au-delà. Il s’agit notamment de projets de l’OIT tels que le projet Clear Cotton au Mali et au Burkina Faso, qui est financé par l’Union européenne, et le projet Accelerating Action for the Elimination of Child Labour in Supply Chains in Africa (Accel Africa), financé par le ministère des Affaires étrangères des Pays-Bas.

Les parties prenantes et les individus aux niveaux régional, national et organisationnel ont été encouragés à s’engager en identifiant les actions concrètes qu’ils prendront d’ici décembre pour aider à mettre fin au travail des enfants. La date limite de soumission des engagements est fixée au 15 mai 2021. Dans le cadre de la campagne 2021, les dirigeants sont invités à documenter leurs efforts et leurs progrès tout au long de l’année au moyen de vidéos, d’interviews, de blogs et de récits d’impact.

La Conférence mondiale sur le travail des enfants de 2022 se tiendra pour la première fois en Afrique, et sera accueillie par l’Afrique du Sud.

(AIP)

kkf/fmo